Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Stockholm et les cerisiers non fleuris

Je suis allée à Stockholm, enfin on m’a envoyé à Stockholm pour un peu moins de vingt-quatre heures, j’ai fait le vol avec une bonde de connasses, j’étais encore nouvelle, elles anciennes, du coup  je n’ai pas aimé les cinq heures que j’ai passé à bord à obéir leurs ordres impolies, bref au moment de toucher le territoire suédois j’avais une envie pressante de retourner chez moi à Doha, bon d’accord après quelques temps au Qatar j’ai fini par m’y habituer et j’ai trouvé quelques repères. Pour faire court,  je me suis trouvée à Stockholm un jeudi après-midi d'avril, et j’ai voulu visiter cette ville pour deux raisons : mon cousin et sa famille, Millenium.

Je me suis trouvée à l’hôtel Sheraton là où Erica Berger et Michael Blomkvist allaient pour s’envoyer en l’air, de ma chambre j’avais cette vue sur le pont Vasabron qui mène directement à Gamla Stan la vielle ville, je regrette ne pas avoir fait le tour Millenium que l’hôtel même propose rien que parce que je ne le savais pas, super idiot non ? Le tour vous prendra de l’hotel jusqu’à Södermalm sur les pas des héros de la trilogie, un petit déjeuné chez Mellqvist Kaffebar et d’autres endroits clés de l’histoire. J’ai donc raté une bonne raison de faire ce vol.

Mon cher cousin est arrivé à l’hôtel et la journée fût moins ratée, une promenade dans les ruelles pavées de Gamla Stan, il faisait très froid, presque10 degrées, enfin pour moi qui débarque de Doha là où il faisait 29 degrées ce fût très froid, on a marché trois bonnes heures, d’une fenêtre insignifiante du premier étage d’un bâtiment insignifiant dans une rue insignifiante j’ai remarqué un objet très signifiant pour moi : une cage de Sidi Bou Said ! Un objet artisanal typiquement tunisois au milieu de cette ambiance typiquement nordique, j’en étais ravie !

Pour le reste  je n’ai fait que balayé les monuments des yeux, pas le temps de faire les touristes, on ne fait que passer par les villes c’est notre plus grosse déception dans ce boulot, Le Palais Royal ou Kungliga Slottet, Le parlement, Tyska kyrkan l’église allemande, Le musée Nobel … en moi montait une frustration amère, j’avais l’impression de tout rater, même l’envie de prendre des photos, j’enviais les groupes de chinois qui se baladaient à coté de nous, ils avaient ce dont je n’avais pas : le temps. 

Mon cousin avait remarqué ma mauvaise humeur et me proposa d’aller manger, on a quitté Gamla Stan par Slottsbacken et le côté sud du Palais Royal, j’ai admiré les représentations magnifiques de L’Abduction de Perséphone faites pas Bouchadron,  on a l’impression de regarder la même statue à différents angles mais en réalité c’est quatre différentes sculptures, j’étais particulièrement amusée de les voir, depuis que j’ai découvert l’œuvre du Bernin le mythe me fascine continuellement, ces statues apparaissaient comme faites pour moi d’autant que je n’ai vu personne y accorder de l’attention.

Nous avons marché jusqu’au Kungsträdgården, le jardin du roi, au milieu du parc une statue du roi Charles XIII entouré de quatre pots, par Erik Göthe, une autre qui représente le roi Karl XIII entouré de quatre lions, on m’a raconté que les suédois ont l’habitude de décrire les deux statues comme Un lion et quatre pots contre un pot et quatre lions, en référence au dernier roi guerrier de Suède Charles XIII contre Karl XIII le bon à rien. Les cerisiers n’étaient pas encore fleuris, ce qui fut pour moi une autre déception.

On était pleins dans une discussion familiale avec mon cousin quand on s’est trouvé au croisement Olof Palmes Gata et Drottninggatan ou l’avenue de la reine, là où un idiot de terroriste s’est fait exploser vainement dans sa voiture minée au beau milieu des marchés de Noel, ne faisant aucune victime, moi je pensais plutôt à Olof Palmes et sa mort dans cette même rue, certains endroits ont justement une destinée lugubre sans raison apparente !

J’avais envie de goûter une spécialité locale, mon cousin m’en a dissuadé disant qu’il n’y a pas de restaurant où l’en sert une bonne cuisine nordique, on a donc opté pour un tacos et une enchilada mexicains, mondialisation oblige !

Tard dans l’après-midi alors que le soleil n’a pas encore commencé à disparaitre (à Doha à la même heure il aurait fait nuit), j’ai découvert un phénomène aberrant, toutes les boutiques ferment tôt, tout le monde rentre tôt, et à la tombée de la nuit la ville sera dépeuplée ! On a décidé de rentrer chez mon cousin, sa femme une kenyane de Mombassa qui fût adoptée par un couple kenyan-suédoise est une femme très amicale et attentionnée, différente du reste de la famille y compris mon propre oncle sa femme suédoise et son fils ainé, elle et mon cousin ont eu trois jolis enfants remplis d’énergie beaux métisses et  drôles, leurs maison de banlieue est pleine de vie, on a mangé un bon gâteau au beurre salé et bu le thé kenyan Kericho Gold qui ne me quitte plus depuis, on a parlé des heures de nos souvenirs de notre famille de fous furieux, de son père et ma mère qui ne se parlaient plus depuis des années, de cette habitude familiale de couper les ponts et de nos tentatives de renouer, de moi qui les a retrouvé grâce à facebook, d’eux qui étaient ravis de me répendre, on a dépassé les conneries de nos parents pour bâtir une vrais relation de famille, de la religion de la barrière de langue dont il souffre, lui qui ne parle ni l’arabe ni le français et pour qui la Tunisie reste un grand mystère…

Mon passage par Stockholm était plutot ennuyeux, mais je me suis amusée à me sentir en famille chez les miens.

 

parlmn.png

Le parlement

 

Photo0507.jpg

Tyska kyrkan


 

Photo0506.jpg

Vue sur le pont Vasabron depuis Sheraton

Photo0510.jpg

Sidi Bou Cage

 

Photo0522.jpg

Façade ouest du Kungliga Slottet

Photo0516.jpg

Cerisiers de Kungsträdgården

 

 

Les commentaires sont fermés.