Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le corps est maître

    Bernini-Persephone-detail-723246.jpg

     

      

    Le corps possède une mémoire infaillible, on ne le réalise que lorsqu’on le met à l’épreuve, ce corps ! Je suis un corps de femme, il est possible que pour les hommes ça ne sera guère la même chose.

    Quand une femme succombe au plaisir cinglant de fondre dans le corps d’un inconnu, un homme d’un autre monde, d’une autre dimension, un homme qui se manifeste comme son idéal physique, et qui au comble de sa joie la désire, elle pense au départ que c’est une liaison passagère sans représailles. Puis à la fin du premier contact, elle devra se sentir sourde à ignorer ce que son corps raconte. Il a envie de reprendre, ce n’est pas une faim,  un désir à assouvir, même pas un fantasme ! C’est même curieux de se rendre compte qu’on cherche son « corps frères » plus que son  « âme sœurs ». 

    Trouver cette personne que l’on croit inexistante, cet homme qui te touche pour la première fois et semble avoir appris par cœur comment parler à ton corps, ce personnage sorti tout juste d’un Arlequin en feu est tout bonnement le seul à connaître la carte au trésor de ton corps comme on se balade chez soi !

    Tu le consommes jusqu’à l’épuisement,  tu l’observes et tu l’admires à en tomber malade, puis tu retournes dans ton monde ravie d’avoir prouvé à toi-même que la Nature a bel et bien crée les corps en paires, qu’elle les a mélangé et qu’on est là pour tirer de l’urne les deux boules de la même couleur. Tu retournes dans ton monde abattue pour avoir laisser filer ta boule entre les doigts. Tu oublis mais le corps n’oublis jamais ! Tu n’es pas amoureuse, mais ton corps est devenu ton maître !

    L’enfer c’est quand tu te donnes à un autre, amoureux, amant ou aventure, ton fantôme d’inconnu familier rejaillit, tu repenses à ses gestes, sa manière d’être, ses odeurs, ses chuchotements et tout son festival ! Un inconnu familier qui te fait jouir à travers tes souvenirs ! Et l’autre te dégoute, tu continue en priant pour dépasser la puissante emprise de ton corps frère ! Douloureux comme une jambe amputée qu’on continu à sentir ! Tes rapports avec les autres ne font que raviver tes folies ! Tu le veux cet homme plus que la vie, ton corps le veut et tu dois obéir !

    Photo: Détail de "Le Rapt de Proserpine" (1621-1622) Le Bernin, Galerie Borghès à Rome. Existe t-il un crops plus en détresse que celui de Perséphone entre les mains de Hades???

     

  • The Crooked House

    Le premier livre d'Agatha Christie que j'ai lu. Il y'a de cela 16 ans presque. Penser que les meilleurs oeuvres de la dame sont guidées par Poirot ou Miss Marple est une erreur, une grosse erreur.

    Lisez donc The Crooked House (Agatha Christie - La Maison Biscornue.pdf) They came to Bagdad (Rendez vous à Bagdad) ou encore The man in the brown suit (L'homme au complet marron), ces titres défilent des affaires très curieuses, un voyage dans le temps et l'espace, des personnages intrigants, une cohérance incroyable, une capacité hallucinante à manipuler tous les petits détails qu'on croit insignifiants, une vraie  gymnastique pour les neurones!

    Par nostalgie je ne peut m'empêcher de relire un de ses titres de temps à autre, cette dame m'a charmé comme aucun écrivain ne l'a jamais fait, et quoi qu'on puissent dire d'elle, pour moi Agatha Christie est la meilleure de tous les temps dans son genre!

     

  • En passant par là..

    Écrire me manque, mon blog me manque, que faire quand on a plus le courage ou l'inspiration? et puis pour qui écrire personne ne lira de toute façon, on s'en tape d'une éternelle célibataire de vignt six ans chômeuse tunisienne qui rêve de pleins de choses impossibles! 

    J'essaye de continuer sans faire attention aux lecteurs inconnus qui méprisent les femmes nevrosées qui se focalisent sur leurs petites personnes!

    Je fais de la politique maintenant, moi éternelle libérale avec des tendances capitalistes universelles je viens juste d'intégrer un parti socialiste panarabe qui se présente aux éléctions des membres de l'assemblée constituante qui aura lieu le 23 octobre prochain, moi je suis sur une de leurs listes départementales!

    Je vais me présenter à la constituante en quelque sorte, je n'y ai jamais songé, enfin depuis que j'ai eu mon diplôme, je ne songe à rien, je stagne comme une vrai malade, je ne cherche pas d'emploi, je ne cherche pas une thèse de doctorat, je ne cherche pas un homme, en fait je suis dans le cycle infernal de la procrastination annuelle, je suis fatiguée à force de dormir et j'ai terriblement peur, je suis consciente que je dois impérativement bouger mais je fais exactement le contraire!

    Je me demande en passant si dans ce monde de lecteurs francophones, y'aura t-il quelqu'un qui me ressemble??

    J'ai jêuné un seul jour, pendant tout le Ramadan, j'ai toujours été une mauvaise musulmane, jamais à ce point. Bref rien ne roule dans ma vie, tout est en mode ralenti!

    J'ai passé le dimanche dernier aux urgences avec une amie interne en garde, vous allez vous demander comment est ce possible? c'est la Tunisie, rien n'est vraiment pris au sérieux même une parfaite inconnue qui se trimbale au service de réanimation en blouse blanche! 

    J'ai cotyé la mort, des SDF (parce que ça existe à Tunis aussi) en convulsion ramenés par la protection civile, ni papiers ni famille, entre scepticémie et anémie aiguë, ils se balancent entre la vie et la mort, sales et affamés, la faucheuse les guette à chaque inspiration! Au matin la plupart d'eux meurt, un vrai soulagement que d'être délivrés d'une vie pareille!!

    Non c'est dommage, la vie ne vaut rien certes mais rien ne vaut la vie, on apprend à aimer sa vie quand on les voit, ces gens que le corps a lâché, ces humains qu'on raméne aux urgences pour les sauver, certains si acharnés à rester d'autre totalement épris par la fin, puis c'est Dieu qui décide qui cueillir et qui laisser mûrir!

    Je me suis surprise à me voir si calme si froide, je voulais juste aider, je n'avais pas peur de les voir passer, ou de les voir souffrir, leur odeur, même leur urine ne m'a pas ecoeuré, je voulais juste les aider. J'ai même ventilé un homme intubé pendant quelques minutes, je me disais si j'arrête il s'étouffera, j'avais ce devoir ou peut être pouvoir de le tenir en vie, hallucinantes la sensation, accorder ma respiration avec le rythme de mes doigts sur le ballon!

    Au fond de moi j'étais triste, c'est triste quand notre corps nous lâche, c'est triste de réaliser que nous ne somme pas notre corps, qu'il peut nous laisser tomber à tout moment, infidèle ce corps!

    Parler des corps me fait penser à des amis qui viennent de rentrer de l'Inde, un passage par Varanasi les a totalement bouleversé, la saleté, la pauvreté et la mort, les cadavres humains qui flottaient sur le Gange, un spectacle affolant pour un voyage de noce! 

    Le corps est si répugnant, même dans sa beauté, il nous soumet à ses désirs, ses caprices, il empoisonnent notre mémoire par la sienne, le mien refuse d'apprécier tous les autres corps, il ne veut qu'un seul qu'il a gouté une fois et que faire, quand cet autre est si loin! 

    L'amour peut apparaître sous des têtes différentes, mais qui appartiennent au même corps!

  • !


    podcast

    podcast

    podcast
    podcast

  • Les identités meurtrières

    lo.jpg

     

     

     

     

    Je partage ce chef-d'oeuvre du grand Amine Maalouf, je commence la lecture en ce moment même espèrant que quelqu'un télécharge et lit cette version Les identitès meurtrières.pdf pour pouvoir en parler avec moi par la suite!